CR Lacuna : session#111

CR Lacuna : session#111

Lacuna, du jour au lendemain ? pfff trop facile !

Un peu de contexte d’abord : mardi soir, j’ai appris que j’allais maîtriser une partie, de Lacuna donc, pour le lendemain.

Bon, pas de panique.

Il faut savoir que j’avais quand même déjà lu le livre une première fois. La lecture m’avait moyennement emballée. Je suis un peu habitué tout de même aux jeux narrativistes, éventuellement sans scénario et même sans préparation de la part du MJ. Ce n’est pas ça qui me choque donc. Néanmoins, comme visiblement pas mal de personnes, je partais sur un “bof oui mais bon pas plus que ça”.

Mais bon, obligé de se lancer et après quelques discussions, j’ai pris le temps de relire le bouquin (en relisant bien la page 39 cette fois!), et suis tombé sur le post de Ron Edwards qui livre une vision très fine de Lacuna (http://www.indie-rpgs.com/archive/index.php?topic=17800.0).

Là, il y a eu un déclic.

 

Lacuna n’est pas, contrairement à ce que j’avais rapidement vu un jeu dans lequel les PJ vont la chasse aux Personnalités Hostiles. Il y a certes les Interférences, la défiance vis-à-vis de Contrôle qui est très bien vue, mais ça faisait court. Non, Lacuna est bien un jeu d’espions, durant la Guerre froide.

Comment faire confiance à l’Agence? Comment se fait-il qu’autant d’Agents soient MIA ou KIA?

Qu’est la réalité, où s’arrête-t-elle et où commence-t-elle quand on est immergé dans un monde semblant tellement vrai?

Comment faire confiance à sa propre mémoire?

Bref, Lacuna était un jeu pour lequel je n’avais pas eu le temps de trouver un angle d’attaque, et surtout d’en comprendre les thématiques. Ron Edwards m’a fait gagner un temps fou.

 

Les armes du MJ à Lacuna

J’ai donc puisé quelques idées dans des CR très inspirés (http://tagsessions.blogspot.fr/search/label/Lacuna), compris comment orienter ma partie, su comment mettre en place les ambiances Lynchiennes (Twin Peaks ou Mulholland Drive en tête), et puiser du côté de X-Files, Inception, Dark City, Avalon ou Existenz.

Et enfin, je ne me suis pas pris la tête à trouver de grandes pistes d’intrigues : elles viendront au fur et à mesure. Pire que ça, je n’avais pas de scénario avant de commencer la partie.

A dire vrai, j’avais un synopsis qui m’était venu, qui fait environ une ligne et demie. Un attentat a eu lieu dans Blue City : un avion s’est écrasé dans une tour du quartier des affaires.

Et bien sûr, une table d’Interférence qui était choisie avec amour et soin pour les joueurs que j’allais avoir à la table. Elle était très développée, à peu près une ligne tous les 2 points, introduisait quelques Personnalités et c’est tout.

Je n’avais aucune idée du pourquoi de l’attentat, du qui, du comment. Je savais juste que je ne comptais pas particulièrement faire une simple mission d’élimination d’une PH. Finalement lorsque se posait la question de savoir qui était l’auteur, ou de qui avait été vu sur place, qui était la piste pour enquêter, il me suffisait de regarder ma table d’interférence (“contact avec…” : ok, c’est donc elle/lui). Le tout s’est parfaitement goupillé.

Le but était aussi de ruiner tout repère que pouvait avoir un joueur qui a lu le livre et fait quelques parties (les autres étant de parfaits néophytes sur ce jeu, peu emballés par le jeu sur le papier, et de bons gros roublards du jdr, pas forcément très portés sur le narrativisme… mais néanmoins ouverts à de nouvelles expériences, et redoutablement intelligents).

 

Quelques conseils

Dans les petits conseils, j’ai malheureusement dû faire jouer en journée, heureusement la nuit a commencé à tomber quand le niveau d’interférences montait bien et que les événements devenaient de plus en plus surréalistes, et nous n’avons par allumé les lumières. Un joueur utilisait une lampe-torche pour éclairer les jets de dés. Bien sûr quand les joueurs se sont éjectés, j’ai rallumé plein feu l’halogène.

Une séance de debriefing est indispensable, comme si l’agent responsable faisait son rapport. Mais ça c’est parce que je vais inclure des intrigues au sein de l’Agence.

Prévoir plusieurs feuilles de perso supplémentaires. Je pense qu’il va y avoir des “médailles de neuf grammes dans la nuque” pour les agents les plus sincères…

J’avais fait mettre tous les portables et autres objets électroniques dans un récipient durant l’entretien de recrutement.

Et je disposais d’un bol dans lequel je jetais des “glass gaming stones”, bruyamment. Indispensable. L’effet était réussi : les joueurs ont très bien compris le pourquoi et les conséquences. Ca a créé un très bon effet de tension entre les joueurs : la plupart du temps, ils m’ont dit qu’ils se rendaient compte du pourquoi lorsque c’était un autre joueur qui commettait la “bourde”.

Je jouais les interférences avec Contrôle en mettant ma main devant ma bouche et en imitant de la friture. Bien sûr, ça c’était pour “ce” Contrôle. Controle sera différent la prochaine fois, tout comme les interférences, avec son petit caractère à chaque fois. Pensez à bien typer Contrôle : c’est le PNJ le plus important de la partie.

Niveau musique, lors du recrutement, il n’y avait aucun son, tout simplement. J’ai lancé Inception en fond avec l’insertion dans Blue City. La partie Agence aura sans doute sa propre BO. Solaris, Twin Peaks et Avalon vont sans doute m’être utiles… (et peut-être Dune, Ghost in the shell, la Cité des enfants perdus, il faut que je les réécoute pour voir s’ils collent)

Alors dans mes regrets, il y a quand même le fait que je n’ai pas assez appuyé sur l’aspect surréaliste mais je n’avais pas eu le temps de préparer des lieux ou des Personnalités en ce sens.

Six joueurs étaient présents : c’est beaucoup. Ils ont pu s’équiper (en sacrifiant l’un d’entre eux, en gros) d’armes +4 (même si elles ont été inutiles). La prochaine, s’ils sont aussi nombreux, je basculerai en mode “team deathmatch” :)

 

Conclusion

En fait, futurs MJ, rassurez-vous, Lacuna est un jeu de petits détails : ce qui importe, ce sont tous les petits détails, l’ambiance, les petits riens que vous introduirez. Rien de bien méchant, même si ça peut faire peur au début et qu’il faut un peu de pratique pour maîtriser sans préparation. Faites-vous plaisir à concevoir des sortes d’aides de jeu ou des effets de maîtrise (j’ai quelques idées à mettre en pratique pour les prochaines fois). Le scénario se créera de lui-même en fonction de tout ça, des effets d’ambiance, des Personnalités, de la Table d’interférence et des idées que vont lancer d’eux-mêmes les joueurs.

 

Et pour finir une  aide de jeu pour Lacuna, comprenant le CR de cette partie, en version WIP (il sera accompagné de conseils et d’effets de maîtrise au fur et à mesure que je les introduirais)

Lacuna session 111 Téléchargé 256 fois